Le Hat Man, légende urbaine

*****

Parmi les légendes urbaines étranges, le Hat Man se distingue pour être rapporté avec la même description cohérente, et l’incapacité de discerner si le Hat Man est en fait une hallucination ou une sorte d’entité paranormale.

Le Hat man (L’Homme-Chapeau), parfois appelé l’Homme Gris ou l’Homme-Ombre, est une entité décrite comme un homme portant un chapeau à larges bords et un long manteau. Lors de certaines rencontres, le Hat Man est décrit comme portant un chapeau de cow-boy, un chapeau en feutre ou un haut-de-forme plus ancien, et portant parfois un manteau noir, un costume avec et/ou même une barbe.

Quand le Hat Man apparaît, le témoin dort habituellement, bien que dans certains témoignages, les utilisateurs de Ouija aient également décrit avoir rencontré le Hat Man, ainsi que des victimes présumées d’enlèvements extraterrestres.

Résultat de recherche d'images pour "le hatman"

Indépendamment du moment ou de la situation dans laquelle apparaît l’Homme-Chapeau, l’entité semble être attirée par les enfants, même si dans des cas rares, des adultes sont visés.

Certains suggèrent que l’homme-chapeau est en réalité un (ou plusieurs) membres d’un phénomène connu sous le nom de «peuple de l’ombre» (encore plus connu sous Shadow People), qui sont des entités qui semblent être des silhouettes humanoïdes extrêmement ressemblante au Hat Man. Initialement, les Shadow People sont décrits comme apparaissant dans la vision périphérique des gens, avec le temps, ils apparaissant de plus en plus distinctement, bien qu’il n’ait aucune caractéristique discernable. Pendant que ces rencontres se produisent, les individus rapportent un sentiment de peur, d’anxiété et de paranoïa, et parfois un sentiment de contact tactile ou auditif.

*****

Heidi Hollis, l’auteur de The Hat Man: la Vraie Histoire des rencontres maléfiques, suggère que l’Homme-Chapeau est une entité démoniaque, ou un serviteur du Diable. Cette croyance est très similaire à la vision historique de l’Homme-Chapeau et du peuple de l’ombre, qui soutenait que de telles entités étaient réellement des ombres (l’esprit d’une personne morte) du monde souterrain.

 de Heidi Hollis

Broché – Juillet 2014 – Anglais – Eds. Level Head Publishing – 250p. – Amazon

« Have you seen this man? » It was a simple image and question posted online that sparked a worldwide awareness that-HE IS REAL! From the author who discovered him and told you about The Shadow People-now learn of the new THREAT! Victims worldwide have reported seeing this man peering into their homes, their bedrooms, their cribs, their cars, their lives and even-into their souls! It starts with the feeling of not being alone, only to look to the foot of your bed and find that you were right. There’s a stranger in your room and you know that you see him, worst of all, you know that he sees you, too! You try to scream or run, only to find that you are paralyzed! Terror then reaches new levels as he approaches you, leans within inches of your face and lets you know that he is indeed-your worst nightmare! This is the true story of the beginning of unthinkable horror that you have never heard of before! Not many can say that they named two paranormal phenomena like Heidi Hollis! With her personal story and almost 50 encounters detailed here, you’ll soon find that darkness can hide but the light always wins!

Article veritas-europe

*****

Pour recueillir et aider à partager les rencontres avec le Hat Man, Tim Brown a créé le site Web The Hat Man Project, qui demande aux visiteurs du site « Avez-vous vu le Hat Man? ».

Selon Brown, il aurait eu une rencontre personnelle avec l’Homme-Chapeau, ce qui l’a amené à rechercher d’autres personnes ayant eu des expériences similaires. Sur le site, Brown décrit l’expérience qui l’a initié à ce phénomène, qui s’est produit en 1994 alors qu’il avait 14 ans chez sa grand-mère et arrière-grand-mère. Allongé dans son lit vers 2h du matin, Brown décrit ce qu’il a soudainement vu dans le couloir :

« J’ai vu une grande silhouette humaine, celle-ci ressemblait à celle d’un homme. L’homme n’avait aucune caractéristique distincte. Je ne pouvais voir ni yeux, ni nez ou bouche, seulement des ténèbres. Il ressemblait à une ombre, mais beaucoup plus sombre. Il avait un très large chapeau à larges bords et un long manteau qui volait légèrement lorsqu’il se déplaçait. »

Le jour suivant, Brown découvrit que sa grand-mère et son arrière-grand-mère avaient déjà vu l’entité.

*****

Nombreux forums existent sur le sujet.

 

Sources : hellystar.com, Amazon, veritas-europe

#1/3 Origine du spiritisme – Soeurs Fox

*****

Les sœurs Leah (1814-1890), Margaret ou Maggie (1836-1893) et Kate Fox (1838-1892) ont joué un rôle important dans la naissance du spiritualisme moderne anglo-saxon et du spiritisme en France.

De gauche à droite : Margaret, Kate et Leah.

Durant la nuit du 31 mars 1848, dans une petite ferme réputée hantée, à Hydesville, près de la ville de Rochester dans l’État de New York, Margaret et Kate, filles du pasteur David Fox, établissent un contact par conversations par coups frappés avec un supposé « esprit » nommé Mr. Splitfoot (M. Pied fourchu). [to split = fendre, scinder]

Mrs. Fox participe à son tour au jeu de ses filles. Elle pose alors diverses questions à Mr. Splitfoot sur l’âge de ses filles. L’entité donne une bonne réponse. Ensuite elle lui demande de combien d’enfants elle est la mère. L’entité donne une mauvaise réponse : sept coups sont frappés au lieu de six. Mrs. Fox repose la question et ajoute : « Combien de vivants ? ». Six coups. « Et combien de morts ? ». Après une pause, on entend un coup plus puissant. L’esprit a tenu compte d’un enfant mort à trois ans. L’entité n’a donc pas fait d’erreur.

L’entité déclare ensuite se nommer Charles B. Rosma, colporteur assassiné dans cette maison et dont le cadavre avait été enterré dans la cave d’où proviennent les coups. On fouille le sol de la cave à une profondeur d’un mètre cinquante. Mr. Fox et ses voisins découvrent du charbon de bois, de la chaux vive, des cheveux et, après expertise, des ossements humains.

*****

Les « évènements de Hydesville » donnent ainsi naissance à un véritable phénomène de société. Moins de six ans après, en 1852, l’engouement pour le spiritisme atteint son comble aux États-Unis : trois millions d’adeptes, d’innombrables médiums ainsi que de nombreuses revues spécialisées. Parmi les adeptes se trouvent des personnalités telles que Victor Hugo et Arthur Conan Doyle, ainsi que de nombreux savants et intellectuels. Le mouvement gagne l’Europe : Helena Blavatsky, Leonora Piper, Allan Kardec, Raspoutine, Houdini et Arthur Ford.

*****

Grâce aux séances payantes et aux subventions de passionnés de spiritisme, les sœurs Fox peuvent se consacrer entièrement à la médiumnité. En 1849, elles font une démonstration publique de leurs talents à Rochester, puis à l’hôtel Barnum, à New York. Kate est engagée au service exclusif d’un riche banquier new-yorkais pour lequel elle matérialise le « fantôme » de son épouse aux côtés du spectre de Benjamin Franklin. Kate se rend ensuite en Angleterre où, entre 1871 et 1874, son cas est étudié par William Crookes, un chimiste et physicien britannique qui s’intéressait aux manifestations paranormales.

—> Les sœurs Fox avouent avoir fabriqué le premier contact, se rétractent, puis déclarent que toute cette histoire n’était qu’une supercherie. Les adeptes du spiritisme moderne ayant trouvé d’autres médiums, ces déclarations sont peu entendues. Kate meurt en juillet 1892, à l’âge de 56 ans. Margaret meurt en mars 1893, à 59 ans, totalement ruinée.

Ce n’est qu’en 1904 que l’on découvrit d’autres ossements humains sous le mur de la cave, avec à proximité une boîte de colporteur en fer blanc. Bien qu’aucun Charles B. Rosma ne fût déclaré disparu, cette découverte fut considérée par les adeptes comme la preuve d’une véritable communication au-delà de la mort.

*****

Les soeurs Fox – Tome 1 : Les Soeurs Fox – volume 1 – Esprits, êtes-vous là ?

Les soeurs FoxLes Soeurs Fox - volume 1 - Esprits, êtes-vous là ?

Grégory Charlet (Dessinateur) & Philippe Charlot (Scénario)

Mai 2017 – BD – Bamboo Eds – 48p. – Fnac

Hydesville, Etats-Unis, 1848. Margaret et Kate, les filles du pasteur Fox, entrent en contact avec l’esprit qui hante une petite ferme. Cet événement provoque un véritable engouement pour le surnaturel, qui dépasse les frontières américaines et fait de nombreux adeptes, parmi lesquels V. Hugo ou A. Conan Doyle.

*****

Sources : Wikipédia, web, Fnac

Le Loch Ness : géographie, cryptozoologie, Nessie

*****

Le Loch* Ness est un lac d’eau douce situé dans les Highlands** (Écosse), au sud-ouest de la ville d’Inverness et au nord-est de Fort Augustus.

De forme très allongée, le loch s’étend sur environ 39 km et sa largeur varie de 1,2 à 3 km. Situé sur le parcours de la faille géologique du Great Glen qui correspond à la ligne des lochs, sa profondeur maximale est de 272 m. Avec 56,4 km2, c’est le2ème lac d’Écosse le plus grand en superficie, après le Loch Lomond, mais le plus grand en volume (7,5 km3), car il est plus profond. Grâce à un système de pompes et de turbines, ses eaux sont utilisées pour produire de l’électricité. Continuer la lecture de « Le Loch Ness : géographie, cryptozoologie, Nessie »

Mothman, de retour sur Chicago (et une surprise …)

*****

John Amitrano, agent de sécurité au journal de Chicago « The Owl », a vu une chose étrange en quittant son travail : « J’ai vu comme un avion voler, mais plus quelque chose qui bouge vraiment maladroitement. Ça ressemblait moins à une chauve-souris qu’à des silhouettes de ptérodactyles, à la minceur de la tête et à la forme de l’aile, je sais à quoi les oiseaux et les chauves-souris ressemblent et ça n’a pas volé comme eux.  »

John ajouta que la chose avait des jambes musclées, un coccyx en saillie et une forme semblable à celle d’un être humain. Elle volait dans un étrange mouvement, ondulant de haut en bas. Continuer la lecture de « Mothman, de retour sur Chicago (et une surprise …) »

Vampire – Son origine

Résultat de recherche d'images pour "vampire"

Commençons par la définition du mot : nom masculin de l’allemand « vampir » et du slave « upuri ».

Vampire : Mort qui, suivant la superstition populaire, sort la nuit de sa tombe pour sucer le sang des vivants.
Littéraire : Personne qui commet de nombreux assassinats ou des violations de sépultures.

—> C’est également une petite chauve-souris d’Amérique du Sud, se nourrissant du sang de mammifères et d’oiseaux endormis.

*****

On dénombre 3 principaux types de vampires à travers notre histoire moderne : le vampire folklorique traditionnel, le vampire des écrivains romantiques du XIXème siècle, et enfin les vampires des écrivains contemporains. Continuer la lecture de « Vampire – Son origine »

Ouija

Planche OUIJA Bambou

Un mot qui en fait frissonner plus d’un aujourd’hui. Mais quelle est son origine ?

*****

Un ouija ou oui-ja (mot composé à partir du français « oui » et de l’allemand « ja ») est une planche sur laquelle apparaissent les lettres de l’alphabet latin, les 10 chiffres arabes, ainsi que les termes oui, non et au revoir.

Cette planche est censée permettre la communication avec les esprits au moyen d’un accessoire placé sur la planche, généralement un verre retourné ou une goutte. Continuer la lecture de « Ouija »

Les orbes

*****

Orbe du latin « orbis » qui veut dire roue, rond, cercle.

Résultat de recherche d'images pour "les orbes" Orbes et cimetière …

En photographie :

Les orbes sont un phénomène optique représenté par des taches blanches ou blanchâtres, souvent transparentes, de taille variable et de forme circulaire qui apparaissent parfois sur les photos.

Il s’agit d’un phénomène optique de réflexion des rayons du flash sur une particule tel que de la poussière ou des gouttes d’eau passant devant l’objectif. Comme la mise au point n’est pas faite pour des objets si proches de l’objectif, la poussière apparaît non comme un point mais comme un rond. Le phénomène a lieu aussi bien sur les photos argentiques, numériques ou même Polaroïd.  Continuer la lecture de « Les orbes »

La combustion spontanée

Live du 14/12/2017

*****

On parle de combustion spontanée d’un corps quand celui-ci prend feu sans qu’il soit enflammé.

On parle aussi d’auto-combustion, ou combustion humaine spontanée (CHS), lorsqu’une personne prend feu sans cause apparente.

Ce phénomène, connu à travers de très rares témoignages difficilement vérifiables, est également proposé comme explication pour les cas, rares également, de corps réduits en cendres, découverts dans un environnement intact ou presque.

Le caractère « spontané » de la combustion est rejeté quasi-unanimement par la communauté scientifique. On tend plutôt à penser à des accidents par « effet de mèche« . Continuer la lecture de « La combustion spontanée »

Possession et exorcisme

Live du 07/12/2017

*****

Voyons les différentes définitions pour commencer :

Possession :

Etre habité par un être surnaturel : divinité, esprit, ancêtre ou démon.

Schizophrénie :

C’est une maladie psychique grave, qui s’accompagne d’une perte du contact avec la réalité, de délires ainsi que de modifications de la pensée, du langage et du comportement. Les patients sont souvent incapables de faire la distinction entre la réalité et leur propre perception des évènements. Continuer la lecture de « Possession et exorcisme »

Soirée en compagnie du GREPP

Le GREPP : Groupement de Recherches et d’Etude des Phénomènes Paranormaux

 » La curiosité de ces 2 membres fondateurs, Marguerite et Christophe, journalistes de profession, les a poussé à créer leur groupe pour tenter de comprendre et de s’expliquer les phénomènes paranormaux.

Aujourd’hui le groupe compte 3 personnes avec l’arrivée de Omar, rencontré lors de nos réunions à l’IFRES.  »

Retrouvez ici l’interview d’Ambre Delage qui propose une excellente présentation du Grepp et de l’équipe qui le compose.

Magazine Grepp

Tous les 2 mois, GREPP L’étrange Mag*, votre nouveau magazine sur les mystères de l’invisible :

Comment se le procurer ?

Se rendre sur le site internet : www.grepp-lemag.com

Sur la page d’accueil il y a un onglet « commandez votre magazine », cliquez sur ce bouton et suivez les instructions.

*La version électronique du magazine sera proposée à 3,50 € et la version papier à 4,50 €. Continuer la lecture de « Soirée en compagnie du GREPP »