Le nombre d’or

Essayons une explication rapide et au plus simple :

Un nombre étonnant, mystérieux et magique pour avoir fait parler de lui depuis la plus haute antiquité.

On le note φ (phi) en hommage au sculpteur grec Phidias (Vème siècle avant J.C.) qui participa à la décoration du Parthénon sur l’Acropole à Athènes.

On le réduit principalement à 1,618 car les décimales sont infinies

φ = Nombre d’or1,61803398875

1,618 033 988 749 894 848 204 586 834 365 638 117 720 309 179 805 762 862 135 448 622 705 260 462 189 024 497 072 072 041…

5000 décimales du nombre d’or

Par définition, le nombre d’or est l’unique solution positive de l’équation du second degré : x²-x-1 = 0

Il est égal à    \varphi ={\frac  {1+{\sqrt  5}}2}.

C’est donc un rapport (Numérateur/dénominateur), une proportion.

Quant à son nom, il a évolué avec le temps :

Le mathématicien et moine franciscain Luca Pacioli (1445-1517) parle de “Divine proportion”, plus tard le physicien Johannes Kepler (1571-1630) le désigne comme le “joyau de la géométrie”. Alors que pour Léonard de Vinci ce sera la “section dorée”. Il faudra attendre 1932, avec le prince Matila Ghyka, diplomate et ingénieur pour entendre le terme de “nombre d’or”.

On retrouve des traces du nombre d’or bien avant les grecs. En Egypte par exemple, coïncidence ou volonté d’y parvenir, le rapport de la hauteur de la pyramide de Khéops par sa demi-base est égal au nombre d’or.

Hasard ou volonté ésotérique, on retrouve le rectangle d’or sur la façade du Parthénon à Athènes.
Sur la photo : DC/DE = φ

Pour tracer un rectangle d’or de longueur a et de largeur b, le plus simple est de dessiner un carré de côté b. En prenant le milieu de la base comme centre, on trace un cercle passant par les 2 sommets opposés. L’intersection de la droite prolongeant la base du carré et du cercle détermine l’extrémité de la base du rectangle d’or. Il apparaît comme construit par l’adjonction à un carré de côté de longueur b, d’un rectangle de côtés de longueur b et a − b.

Un rapide calcul montre que ce rectangle est encore d’or :

{\displaystyle {\frac {a-b}{b}}={\frac {a}{b}}-1={\frac {a+b}{a}}-1={\frac {b}{a}}={\frac {1}{\varphi }}\quad {\text{donc}}\quad {\frac {b}{a-b}}=\varphi .}

En disposant côte à côte deux rectangles identiques, l’un en format paysage et l’autre en format portrait, on dessine les contours d’un nouveau rectangle. Le rectangle de départ est d’or si et seulement si sa diagonale est confondue avec la diagonale du grand rectangle.

Cette méthode peut être prolongée indéfiniment.

Si, dans chaque carré est dessiné un quart de cercle d’extrémités deux côtés du carré on obtient une spirale. Ce graphique est une bonne approximation d’une spirale d’or.

Fibonacci spiral 34.svg

La spirale obtenue se rencontre souvent dans la nature : tournesols, pommes de pins, coquillages, disposition des feuilles ou des pétales sur certaines plantes.

  

*****

Envie d’une séance de Maths ? Article détaillé ici où vous aurez besoin d’une règle, d’une équerre, d’un compas, voire … d’une aspirine  !

*****

Sources : Wikipédia, maths-et-tiques, trucsmaths, villemin.gerard

Tellurique & Géobiologie, c’est quoi ?

Diffusé le 24/11/2017

*****

Tellurique : Qui concerne la Terre.

Une planète tellurique (du latin “tellus” : la terre, le sol), en opposition aux planètes gazeuses, est une planète composée essentiellement de roches et de métal qui possède en général 3 enveloppes concentriques : noyau, manteau et croûte.

Courants telluriques : Courants électriques circulant dans le sol.

En Géophysique, radioactivité tellurique : Radioactivité naturelle provenant du sol.

*****

La majorité des courants telluriques sont directement liés à l’ensoleillement, ils disparaissent presque complètement pendant la nuit, un phénomène qui se traduit par une nette amélioration nocturne de la réception des radios émettant dans la gamme des ondes moyennes.

Ce courant a une origine naturelle :

• variations du champ magnétique terrestre
• phénomènes d’ionisation dans la haute atmosphère dus au rayonnement solaire
• déplacement de fluides conducteurs (eau, magma , etc.) dans le champ magnétique terrestre (magnétohydrodynamique)

Le courant de terre a aussi une origine artificielle :

• fuites des réseaux électriques
• fuites des installations industrielles
• retour de courant des chemins de fer à courant continu
• ondes radio (particulièrement extrêmement basse fréquence (ELF)

Il existe de vastes courants, des courants telluriques, qui traversent notre globe, qu’on ne peut pas représenter comme des filets, ils ne sont absolument pas réguliers dans leurs répartitions.
Ces réseaux jouent un rôle dans l’emplacement de certains lieux de cultes (anciens ou modernes).

Calanais

Le site de Calanais en Écosse

Ces réseaux ont une influence sur les phénomènes météorologiques et sismiques.
Ces courants, contrairement aux autres, sont considérés comme positifs, car ils peuvent recharger les gens. Il n’existe pas de bons ou de mauvais réseaux, tout dépend de l’endroit où il se trouve, et de la façon dont on l’utilise.

*****

Les rayonnements telluriques

Du sein de la terre se dégage du noyau central une énergie électromagnétique résultant de la différence de vitesse de rotation entre le noyau central formant le magma et l’écorce terrestre. Ce phénomène engendre une formation de courants telluriques d’origine électrique, ces courants telluriques se déplacent à travers les diverses couches géologiques selon les voies de moindre résistance électrique, empruntant les chemins les plus conducteurs des couches en présence.

Bien que leur intensité soit faible, ces courants empruntent parfois les voies d’eau, les filons métallifères ou profitent des accidents géologiques, tels les failles ou des poches d’air (cavernes, galeries, grottes …) pour se cumuler à leur rayonnement et s’échapper du sol. Dans ces circonstances, ils peuvent perturber l’équilibre des lieux qu’ils traversent.

Les veines d’eau souterraines

Les courants d’eau souterrains, provoquent en circulant à travers les sables, graviers et autres failles terrestres, un courant électrique créé par la dissymétrie des charges positives et négatives des molécules d’eau.
Même s’ils se déplacent à des vitesses très faibles, ces courants d’eau suffisent pour provoquer des courants électriques mesurables, de l’ordre du millivolt*.

Nombreux sont les troubles observés dans les habitations construites sur des cours d’eau souterrains. Toutefois, tous les cours d’eau souterrains ne sont pas systématiquement pathogènes.
L’eau peut également drainer des traces de radioactivité et en charger n’importe quel corps: pierre, argile, … qui deviennent émetteur à leur tour.
Les veines d’eau souterraines sont sujettes à fluctuation, en fonction des mouvements de terrain qui se produisent occasionnellement et, bien sûr, des intempéries.

* Unité de mesure de force électromotrice (tension électrique) du Système international (SI), valant 10 volt, et dont le symbole est mV.

Les failles

Une faille géologique provient de la séparation ou rupture d’une masse rocheuse. Si ces 2 masses se déplacent l’une par rapport à l’autre, il apparaît une faille. Les failles créent des zones où le champ de rayonnement naturel est perturbé à la surface du sol.

En comparaison, l’influence à la surface du sol des failles géologiques est beaucoup plus intense et concentrée que l’influence des cours d’eau souterrains. Ces derniers peuvent se faire sentir à plus de 50m de part et d’autre de la veine d’eau, en fonction du débit et de la profondeur. Par contre, l’influence des failles est très localisée.

Cela signifie qu’une habitation située sur un cours d’eau souterrain se trouve souvent polluée par des émanations produites par le courant, alors que sur une faille, l’influence peut n’affecter qu’une seule pièce.

En matière d’harmonisation des lieux, les failles présentent l’avantage d’être stables par rapport aux veines d’eau souterraines. Mais elles peuvent se produire subitement à la suite de tremblements de terre.

*****

Courants telluriques de la cathédrale d’Amiens (taverne-etrange.com)

Article sur la taverne de l’étrange du 23/10/2007 sur les courants telluriques.

*****

Article sur les “Alignements géométriques de lieux sacrés” sur spirit-science de Alain Boudet, Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant. Datant du 11 juin 2011 – Ajout 6 novembre 2011 (les vortex).

Contenu de la 1ère partie :

  • Les alignements de sites anciens en Angleterre
  • Alignements de sites sacrés dans toute l’Europe
  • Alignements astronomiques
  • Plans stellaires
  • Roues zodiacales dans le paysage
  • Lignes sacrées en Amérique
  • La Colombie et les Kogis aujourd’hui
  • L’Australie et ses Aborigènes
  • La Chine et les veines du Dragon
  • Flux d’énergie
  • Les vortex
  • Le système de flux de la Terre

Dont le Pérou et Nasca : Au Pérou, à 400 km au sud de Lima dans le désert de Nazca, on a découvert en 1926 un autre vaste complexe de lignes tracées au sol sur plus de 500 km2. Elles apparaissent en clair sur un sol couvert de cailloux gris. Le contraste est obtenu simplement en enlevant les cailloux sur le trajet des lignes. Mais qui l’a fait? …

*****

La géobiologie – Le géobiologue :

C’est la discipline qui prétend traiter des relations de l’environnement, des constructions et du mode de vie avec le vivant, de l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant, et notamment des ondes liées aux champs magnétiques et électriques, courants d’eau souterrains, réseaux géobiologiques, failles géologiques, etc.

La géobiologie allie la géologie, la physique, la biophysique, la biologie et aussi la radiesthésie.

La géobiologie est constituée de nombreuses affirmations non prouvées scientifiquement et, pour cette raison, est qualifiée de pseudo-science.

Dans la pratique de la géobiologie sur le terrain, ce sont donc des méthodes de détection radiesthésiques qui sont utilisées par les géobiologues pour détecter les phénomènes. Ces méthodes sont malheureusement totalement invérifiables car elles reposeraient uniquement sur les capacités de perception de l’opérateur. Les résultats positifs obtenus par la radiesthésie sont l’équivalent statistique de ceux obtenus par le pur hasard, comme l’ont démontré les expériences de Munich et de Kassel*.

*Un sourcier est une personne qui recherche de l’eau souterraine en utilisant une baguette ou un pendule. Historiquement, les premiers sourciers utilisaient le plus souvent une baguette en bois de coudrier (ancien nom du noisetier), en forme de Y. L’efficacité des sourciers n’a jamais pu être démontrée scientifiquement …

*****

Concernant cette partie sur la géobiologie, je vous invite à faire vos propres recherches à partir de Google car il y a tout et son contraire, donc, afin de ne pas vous influencer, je préfère arrêter ici mes explications.

*****

Sources : Wikipédia, cnrtl, madeinjura, biorespire, Larousse, federationfrancaisedegeobiologie, taverne-etrange, spirit-science,  geobioenergies