Ed Kemper – Son enfance

Edmund Emil Kemper (3ème du nom), né le 18 décembre 1948 à Burbank (Californie), est un tueur en série américain accusé de 10 meurtres dont celui de sa propre mère. Personnage impressionnant par sa taille et son poids, 2m06 pour 160 kg, il a commencé sa série de meurtres avec celui de ses grands-parents à l’âge de 15 ans.

*****

Ses parents, Clarnell et Edmund Kemper Junior, eurent 3 enfants : Susan, lui-même et Allyn, et ne restèrent marié qu’une dizaine d’années.

Clarnell Kemper la mère Edmund Kemper J

Il est dit que sa mère souffrait de problèmes psychiatriques et frappait ses compagnons, elle divorça 3 fois.

Son père, qui a travaillé dans les centres d’essais de bombes atomiques dans le Pacifique entre 1953 et 1955, était un homme passablement passif malgré ses états de service et ne supportait pas les tensions. Il aurait pu poursuivre ses études, comme le souhaitait sa femme, mais il préféra devenir électricien.

Edmund Kemper J

Clarnell disait de son époux qu’il était dur avec leurs filles mais trop gentil avec leur fils. Le couple se sépara en 1957 alors que Ed n’avait que 9 ans. Il adorait son père, qui lui racontait des histoires de ses actes dans une unité de services spéciaux en Europe. Il le considérait comme le héros américain typique et fut profondément affecté par la séparation. Il a reproché à sa mère de les avoir éloignés de lui.

*****

Clarnell Kemper trouva un emploi dans une banque et ils déménagèrent à Helena, dans le Montana. Ed en voulut encore plus à sa mère, son père lui manquait, il la rendait responsable de son absence. Dominatrice et violente, Clarnell se mit à rabaisser Ed qui, d’après ses dires, le traitait comme sa « 3ème fille » en lui répétant que son père n’était qu’un « salaud ». Ses soeurs n’étaient pas tendres non plus avec lui et la plus grande, Susan, le frappait et essaiera même de le pousser sous en train en marche.

Maison de Clarnell Kemper

Leur maison du Montana n’étant pas très grande, sa mère, qui le déteste et ne souhaitant pas le laisser partager la chambre de ses soeurs, l’envoie vivre à la cave sur un grabat près de la chaudière dont les flammes et le bruit de la tuyauterie le terrifient. Chaque nuit, elle l’enfermait et traînait la table de la cuisine pour couvrir la trappe, et chaque nuit, dans cette obscurité absolue, le garçon nourrissait ses rêves de vengeance. Ce geste quasi rituel, Clarnell le pratiqua pendant 8 mois. Elle le traitait de poule-mouillée quand il osait avouer ses peurs. Son père, qui leur rendait visite occasionnellement, constata où dormait son fils et menaça Clarnell de porter plainte contre elle : Ed pu alors remonter dans une chambre.

Des conflits éclataient souvent entre Ed et ses soeurs, quand à sa mère qui voulait l’élever « à la dure », elle le frappait souvent avec une ceinture.

En 1961 le couple divorce officiellement et Clarnell trouvera un nouvel époux 2 mois plus tard : un plombier de 45 ans, Norman Turnquist, qui a un fils de 15 ans. Norman était gentil et il essaya « d’apprivoiser » l’adolescent renfrogné qu’était Ed. Le mariage ne dura pas longtemps et Clarnell divorça en 1963.

Son père s’était remarié, il ne le voyait plus. Edmund devint difficile et insolent, il avait peur d’être agresser par les autres garçons, n’avait pas d’amis et avait une mauvaise opinion de lui.

*****

A 9 ans, le jeune Ed est profondément troublé et il prend alors plaisir à torturer et décapiter les animaux domestiques du quartier, notamment son chat qu’il enterre vivant dans l’arrière-cours de la maison. Peu de temps après, il ira enlevé le corps, lui arrache la tête, l’enfile sur un bâton et la place sur la tête de son lit, pour adresser ses prières.

À l’âge de 12 ans, il a tué son propre chat siamois, parce que l’animal préférait la compagnie de sa sœur. Un jour où l’animal l’a ignoré, Kemper est devenu enragé. Il s’est jeté sur le chat, lui a tranché le crâne avec une machette puis l’a poignardée. Il a enterré une partie du corps dans le jardin et a caché le reste dans le placard de sa chambre. Il commença à lier le sexe et la violence dans ses fantasmes, il pensait régulièrement au meurtre, surtout l’envie de tuer sa mère revenait sans cesse mais il ne passait jamais à l’acte car il avait trop peur d’elle.

Septembre 1963 il eu la joie d’aller chez son père à Los Angeles qui l’inscrivit au collège mais là aussi ça se passa mal : austère, ingérable et sinistre, il ne parvint pas à se faire d’amis. Ce comportement étrange fit peur à son père et sa belle-mère, prétextant un problème financier de l’avoir avec eux, ils lui demandèrent de retourner dans le Montana. Blessé, rejeté par la personne qu’il aimait et admirait le plus au monde, Ed se renferma d’avantage. Pendant son « absence » sa mère avait découvert les restes du chat mais il nia en bloc être responsable de quoi que ce soit avec la mort de l’animal.

A Thanksgiving il vola la voiture de sa mère puis prit le bus et fugua chez son père qui accepta de l’héberger un moment mais à Noël il l’envoya chez ses propres parents qui vivaient dans une grande ferme à North Fork.

*****

Sa grand-mère était pire que sa mère, plus stricte et imposait encore plus de punitions, Ed se sentie de nouveau abandonné. Il alla tout de même au lycée proche de Sacramento où ses professeurs disaient de lui qu’il était calme et silencieux. Il avait des résultats corrects et n’attirait pas l’attention mais ne se fit pas d’amis.

Maud et Ed Kemper Edmund Kemper à 15-ans

Chez ses grand-parents Ed, 15 ans, ne « gênait » pas vraiment tant qu’il était à l’école. Son grand-père lui offrit un fusil, l’adolescent tirait sur des lapins, des taupes ou des oiseaux (sa grand-mère lui interdisait de tirer sur ces derniers). Il dira plus tard : »…j’ai détruit des êtres vivants pour voir si je pouvais y arriver… »

A la fin de l’année scolaire, Ed retourna chez sa mère, qui se mariait pour la 3ème fois. Clarnell le traitait toujours avec mépris et malgré la haine qu’il éprouvait envers ses grands-parents, il préféra revenir à la ferme.

N’allant plus à l’école, il était plus présent, sa grand-mère s’en plaignait et le rabaissait constamment. Insistant que l’avoir chez elle lui coûtait cher. Son grand-père l’ennuyait mais ils s’entendaient bien. Ses fantasmes refirent surface mais visaient à présent Maud Kemper, sa grand-mère.

*****

L’environnement familial, la carence de sentiments affectifs, une éducation violente et agressive, l’humiliation, des sévices sexuels ou physiques, …

L’enfance crée l’identité d’un individu.

Est-ce que tous ces facteurs font d’un enfant un futur violeur, meurtrier ou tueur en série ?

Nombreux sont ceux, ayant vécu une enfance malheureuse, qui se retrouvent en prison mais cela est-il une fatalité absolue ? Est-ce maladif, psychologique ou génétique ?

Psychologues, médecins, criminologues et profilers cherchent à comprendre …

Lani.

Sources : tueursensérie.org, wikipédia, greffiernoir.com, docu tv, livres, blog espagnol

********************************************************

Auteur : Ingrid Lani

Après RIP il me semblait normal de suivre Nico & Mariana dans leur nouvelle aventure. Fidèle depuis le 1er jour, modo + tipeuse + blogueuse pour un soutient sans faille et assumé.