Ed & Lorraine Warren

Que de choses à dire sur les Warren … Nous allons donc commencer, comme Nico & Mariana, avec les présentations.

Replay du 29/11/2017 :

*****

Enfance :

Edward Warren Miney, Ed Warren, né le 07/09/1926 à Bridgeport (comté de Fairfield-Etat du Connecticut) dans une famille catholique et a une sœur. Il est décédé le 23/08/2006 et enterré dans le cimetière de Stepney à Monroe (Connecticut).

Ed Warren fut confronté à l’étrange dans sa propre famille dès l’âge de 5 ans et ce jusque ses 12 ans. Il disait vivre dans une maison hantée. Son père était policier et sa mère souvent absente, lui et sa sœur étaient donc souvent seul dans cette maison.

Ed disait qu’au milieu de la nuit, alors que tout le monde dormait, il lui arrivait d’entendre la porte du placard de sa chambre s’ouvrir mais il n’ y avait rien. Un jour il vit une lumière qui s’est par la suite transformée en boule (c’est ce qu’on appelle une orbe) puis dans cette boule il fini par voir un visage. Un visage de femme, une vieille femme, aux traits pas très gentils. Lorsqu’une nuit la « boule » sortie de la chambre, Ed pouvait entendre des bruits de pas et une respiration puis sentie la température baisser rapidement. 

Quand il parlait des bruits à son père ce dernier lui disait qu’il y avait une raison logique à tout ça mais ne lui apporta jamais de réponse plus précise.

Edward et sa sœur entendaient les bruits de pas et le « clac » de la canne de leur grand-père dans les escaliers, même après la mort de celui-ci.

*****

Lorraine Rita Warren, née Moran, le 31/01/1927 a grandi à Milford (Connecticut) au sein d’une famille de 3 enfants.

Elle fit preuve d’un « don » particulier à partir de ses 9 ans, celui de voir les auras, mais elle était dans une école privée catholique et quand elle en parla vers l’âge de 12 ans, les soeurs n’apprécièrent pas ce genre de propos …

Lorraine dit s’être confiée à sa professeur de français en lui disant que ses « lumières » étaient plus brillantes que celles de la Mère-Supérieur mais la sœur lui intima l’ordre de ne pas se montrer aussi fantaisiste et l’envoya en retraite tout le weekend pour prier.

Refroidie et ne voulant pas décevoir ses parents, elle décida de ne plus en parler et essaya de nier ce qu’elle voyait.

*****

Adolescence :

Lorraine et sa mère allaient au théâtre tous les mercredi soirs, Ed, qui y travaillait comme placeur, remarqua la jeune fille. Elle le trouva joli garçon, ils firent connaissance et devinrent vite amis.

En 1945, alors âgé de 17 ans, Ed s’engagea dans la marine pour servir son pays lors de la 2nde Guerre Mondiale. Son bateau ayant été coulé en Atlantique Nord, il rentra 4 mois plus tard et le couple se maria pendant sa permission.

Ed et Lorraine lors de leur mariageA la fin de la guerre, Edward & Lorraine avait eu une fille, lui avait suivit des cours à l’Ecole d’Art de Perry pour devenir artiste peintre où il y resta 2 ans mais se décida à quitter l’école se jugeant plus doué que ses professeurs.

*****

Adultes, mariés et parents :

Pour subvenir aux besoins de sa famille, Ed acheta une voiture (une Chevy Eagle de luxe de 1933 pour 15$) et alla vendre de façon itinérante ses toiles dans tous les lieux connus qui attiraient la nouvelle clientèle des touristes dans le Massachusetts, le Vermont ou le New Hampshire. Il gagnait ainsi correctement sa vie en vendant ses œuvres pour 3 ou 4$.

—> Il faut rappeler qu’à l’époque les hot-dogs coûtaient 1 sou, le théâtre 1 quart et le gaz 18 cents le gallon (= environ 3 litre 1/2).

Dans leur vie de nomade, Ed était toujours un « passionné » des fantômes et tentait de visiter chaque lieu où des manifestations surnaturelles étaient annoncées. Lorraine était réticente mais il lui rappelait alors son enfance dans sa maison hantée et ce qu’elle-même voyait et elle finissait toujours par céder.

Le jeune homme avait une technique bien à lui pour se faire ouvrir les portes : il peignait devant la maison qui l’intéressait ce qui suscitait la curiosité des propriétaires et des personnes du voisinage proche. Sur ses toiles il faisait « sortir » des fantômes de l’habitation puis quand il avait fini, il donnait le tableau à Lorraine qui allait alors frapper à la porte de la maison et engageait la conversation avec les propriétaires en disant que son mari avait peint pour eux.

Un jour, en visitant une maison lugubre et menaçante nommée « The Ocean Born Mary House », Lorraine prit soudainement conscience de ses dons de médium …

—> Depuis une dizaine d’années, le propriétaire, Louis Roy, présentait sa demeure comme une maison hantée possédant un trésor caché et en fit une attraction touristique, louant des pelles aux visiteurs désireux de trouver le trésor du pirate réputé enterré dans la cour.

Pendant que son mari peignait la maison sur le trottoir d’en face, Lorraine y pénétra et se sentit alors « happé » hors de son corps dès son entrée dans la bâtisse et une sensation de désespoir écrasante s’imposa à elle.

Elle ne put faire semblant et continuer d’ignorer sa médiumnité plus longtemps.

*****

En 1952, ils fondèrent la New England Society for Psychic Research, la 1ère association occultiste de Nouvelle-Angleterre, et créent le Warrens’ Occult Museum, un musée privé dans lequel ils rassemblent et exposent au public, différents objets afférents à leurs enquêtes.

Ils le reconnaissent eux-mêmes : dès le début de leur carrière de « chasseurs de fantômes » ils ont tenu à ce que les médias les accompagnent. C’est très novateur pour l’époque et se trouvent être presque les précurseurs de ce domaine. Ed et Lorraine se déplacent dans tous le pays pour enquêter sur des phénomènes mystérieux, à condition de se voir rembourser leurs frais de déplacement, de restauration et d’hébergement, ce qui est raisonnable. Ils ne demandent jamais de contrepartie monétaire pour leurs prestations, ce qui signifie qu’il n’y a jamais matériellement d’escroquerie, puisque tout ce qui a trait au paranormal est gratuit.

*****

La stratégie des Warren fait que les médias relaient l’info, le grand public est friand de ces phénomènes étranges. Un 1er livre est alors co-écrit par le couple : The True Story of One Family’s Nightmare, St. Martin’s Press, 1988.

—> Aujourd’hui on le trouve sous le nom « The Haunted : One Family’s Nightmare »

https://www.amazon.com/Haunted-One-Familys-Nightmare/dp/1631680137

Anglais-Graymalkin Media-240p.

The world’s most famous demonologists, Ed & Lorraine Warren, were called in to help an average American family who were assaulted by forces too awesome, too powerful, too dark, to be stopped.

It s a true story, supported by dozens of eyewitnesses neighbors, priests, police, journalists, and researchers. The grim slaughterhouse of odors. The deafening pounding. The hoofed half-man charging down the hall. The physical attacks, a vicious strangling, failed exorcisms, the succubus… and the final terror which continued to torment the Smurls.

In this shocking, terrifying, deeply absorbing book rivaled only by The Amityville Horror (a case also investigated by the Warren’s) journalist Robert Curran digs deep into the haunting of the Smurl home in West Pittston, Pennsylvania, and the unshakeable family bonds that helped them survive.

Books by Ed & Lorraine Warren also include Graveyard, Ghost Hunters, In a Dark Place, Werewolf, and Satan’s Harvest.

—> La « Google-Trad » corrigée au mieux :

Les démonologues les plus célèbres du monde, Ed et Lorraine Warren, ont été appelés pour aider une famille américaine moyenne qui a été agressée par des forces trop impressionnantes, trop puissantes, trop sombres pour être arrêtées.

C’est une histoire vraie, soutenue par des douzaines de témoins oculaires, des prêtres, des policiers, des journalistes et des chercheurs. L’abattoir sinistre des odeurs. Le martèlement assourdissant. Le « demi-homme à sabots » chargeant dans le couloir. Les attaques physiques, un étranglement vicieux, des exorcismes échoués, le succube … et la terreur finale qui a continué à tourmenter les Smurl.

Dans ce livre choquant, terrifiant et profondément absorbant rivalisé seulement par The Amityville Horror (une affaire également étudiée par les Warren), le journaliste Robert Curran explore la maison de Smurl à West Pittston en Pennsylvanie et les liens familiaux inébranlables qui les ont aidés survivre.

De la même façon, ils donnent des conférences sur les phénomènes paranormaux sur lesquels ils ont enquêté. Ils ont aussi organisé des repas thématiques qui ont eu tellement de succès que pour dîner avec Ed et Lorraine, il fallait réserver des mois à l’avance.

*****

En avance sur leur temps, les Warren sont des personnages médiatiques réputés et surtout 2 collectionneurs invétérés dont la fameuse poupée Annabelle, qui fut au centre d’une de leurs interventions et qui est exposée dans leur musée personnel à Monroe.

Musée Warren

Résultat de recherche d'images pour "annabelle warren"

C’est aujourd’hui Lorraine qui le gère avec l’aide de sa fille Judy et de son neveu Tony Spera.

—> Le film « The Conjuring » (Conjuring : les dossiers Warren, en France) sorti en 2013, leur est consacré.

—> Le film « Annabelle » sortie en 2014.

—> Puis « Conjuring 2 : Le Cas Enfield » en 2016.

—> En découle la préquelle « Annabelle 2 : La Création du Mal » en 2017.

*****

Sources : Wikipédia approfondie et corrigé avec Mindshadow, soyonsrationnels.blogspot, Amazon, Allociné.

Auteur : Ingrid Lani

Après RIP il me semblait normal de suivre Nico & Mariana dans leur nouvelle aventure. Fidèle depuis le 1er jour, modo + tipeuse + blogueuse pour un soutient sans faille et assumé.