Journée à Paimpont

Paimpont est principalement couverte par la forêt du même nom (communément assimilée à la forêt de Brocéliande), ses habitants se répartissant encore aujourd’hui entre quelques vastes et antiques clairières à vocation agricole et le bourg situé en son centre, mais qui n’a connu qu’un développement tardif et toujours limité. Le bourg s’est peu développé, quelques commerces, une abbaye du XIIIème siècle, cerné par la forêt classée.

 

Le bourg de Paimpont, l’abbaye essentiellement, vu depuis la forêt sur la rive ouest de l’étang.

Le bourg de Paimpont épouse le contour oriental d’un étang de 50 ha appelé étang de Paimpont ou étang de l’Abbaye. C’est sur sa rive que s’est installée et développée l’abbaye de Paimpont.

Article sur Wikipédia

Office du tourisme de Brocéliande

La forêt de Paimpont est le centre de nombreuses activités économiques et touristiques : sylviculture, pêche, chasse, randonnées et balades.

De nombreux prodiges sont associés à cette forêt mondialement connue. Le petit peuple des forêts (korrigans, poulpiquets, fées et sorcières) y prospère . Espiègle et malin, il accompagne vos pas en forêt ou, pour être plus précis, vos faux-pas….

Enfin, depuis le Moyen-âge, plusieurs fontaines de la forêt sont connues pour leur pouvoir salvateur, magique ou démoniaque. Leur renom dépasse les frontières de l’Armorique et inspire les plus grands auteurs de littérature chevaleresque. Nombre d’exploits arthuriens se tiennent dans les confins de la mythique Brocéliande.

*****

La porte des secrets : 

Au cœur de la plus mythique des forêts est née Brocéliande, La Porte des Secrets. Abritée dans les anciennes dépendances de la prestigieuse Abbaye de Paimpont, cette expérience scénographique et émotionnelle unique en Bretagne vous ouvre ses portes …

Le parcours spectacle de la Porte des Secrets propose une immersion physique et sensorielle dans l’univers poétique de Brocéliande.

Pour guider le public le long du parcours, Pierre – narrateur charismatique – se présente comme le garde forestier de Brocéliande. Descendant de plusieurs générations de Bréciliens, il connaît la forêt comme sa poche : ses contes et légendes, la faune, la flore, les légendes populaires associées aux arbres remarques de Brocéliande, l’histoire des forges de Paimpont, et tous les petits êtres mystérieux qui peuplent ses bois.

*****

Le tombeau de Merlin :

Au début du 19ème siècle, M. Poignand, juge au Tribunal de Montfort, en est convaincu. Il l’affirme en 1820 dans une brochure. Merlin, le conseiller du roi Arthur, celui qui succomba aux charmes de Viviane avant de se faire enfermer par la belle, a été enterré vers la fin du 5e siècle en forêt de Brocéliande dans un endroit appelé les Landelles près de Saint-Malon-sur-Mel.

En 1889, l’écrivain Rennais Félix Bellamy entreprend des recherches approfondies pour localiser le lieu que M. Poignand avait identifié 70 ans plus tôt comme étant le « Tombeau de Merlin ». Il découvre un monument mégalithique ; une allée couverte dont il reste 6 blocs de schiste debout. Malheureusement, lorsqu’il revient en octobre 1892, la sépulture a été dynamitée et ravagée par des chercheurs de trésors. Il ne peut alors que regretter la cupidité des hommes qui n’ont pas compris que les trésors de la légende n’étaient pas matériels…

Il ne reste aujourd’hui que 2 dalles de schiste. Bien sûr, le visiteur peut penser que la tombe n’est pas à la mesure du personnage de Merlin l’enchanteur …

*****

Le tombeau des druides ou l’Hotié de Viviane :

L’hotié de Viviane est situé au dessus du Val sans Retour. Le site culminant à près de 200 mètres offre un très joli panorama sur la forêt et les landes. Il s’agit d’un monument mégalithique ayant la forme d’un coffre. La légende dit que ce serait un refuge pour la fée Viviane avant sa rencontre avec Merlin …

La maison (ou hotié) de Viviane était une sépulture de structure très originale que l’on peut dater d’environ 4500 ans avant notre ère, bien avant la venue en Brocéliande des chevaliers de la Table Ronde, de l’enchanteur Merlin et de la fée Viviane. Ce monument est également appelé Tombeau des Druides. Des fouilles archéologiques furent entreprises par Jacques Briard (CNRS) en 1982.

*****

Le forêt deBrocéliande :

La forêt de Brocéliande est une forêt mythique imaginée par Chrétien de Troyes à la fin du 12ème siècle.

Résultat de recherche d'images pour "paimpont brocéliande"

Dans son roman arthurien le « Chevalier au lion », il invente cette forêt des merveilles en s’inspirant d’une forêt de petite Bretagne connue pour ses légendes et autres récits merveilleux, « Bréchéliant », décrite par l’écrivain normand Wace.

Avec le temps, le nom « Bréchéliant » ou encore « Brécilien » s’est perdu. Malgré les efforts de quelques intellectuels bretons du 19e siècle, Brocéliande a su rester secrète. Aujourd’hui sur les cartes, on indique la forêt de Paimpont, un espace naturel remarquable entre Ille-et-Vilaine et Morbihan.

Résultat de recherche d'images pour "paimpont brocéliande"

Plus grand massif forestier de Bretagne couvrant plus de 7000 hectares, on y rencontre une grande diversité de paysages façonnés par les générations qui ont peuplé ce territoire depuis des temps lointains.

A l’Ouest, les landes plus ou moins boisées disputent l’espace aux futaies de résineux. C’est la haute forêt qui domine toute la région à 255 mètres d’altitude. La basse forêt, à l’Est, a su conserver une partie de ses sous-bois de chênes et de hêtres. Elle possède une série d’étangs dont les eaux, en d’autres temps, alimentaient les célèbres forges de Paimpont.

Elle abrite également une faune diversifiée constituée de grands mammifères, cerf, chevreuil, sanglier et d’oiseaux migrateurs sur les étangs.

*****

La fontaine de Jouvence :

Un lieu de culte druidique lié à l’éternelle jeunesse.

Résultat de recherche d'images pour "fontaine de jouvence paimpont"

Non loin du tombeau de Merlin, l’on dit que cette modeste fontaine était autrefois majestueuse, entourée d’énormes pierres. Il semble qu’à l’origine, le lieu servait de culte druidique. D’après les érudits du 19ème siècle, les nouveau-nés de l’année étaient recensés lors du solstice d’été par les druides, lavés dans la fontaine et inscrits sur le marith, le registre. Ces fontaines étaient nommées « Jaouanc », jeunesse, en langue celtique. Les parents qui n’avaient pu amener leur enfant l’année de sa naissance, l’inscrivaient l’année suivante. L’enfant était alors considéré comme nouveau-né et par conséquent rajeuni d’un an ! Voilà l’origine de la fable de la fontaine de Jouvence, qui avait le pouvoir de rajeunir …

*****

Sources : Wikipédia, broceliande.guide, tourisme.broceliande

Auteur : Lani

"Blogueuse/webmaster" amateur pour Nico & Mariana avec un site professionnel les mettant en valeur et la pleine lumière sur leur chaîne.