Kamakura et Replays

*****

Kamakura est une ville de la préfecture de Kanagawa, au Japon. Elle est située au bord de l’océan Pacifique, à 50 km au sud-ouest de Tokyo (environ une heure de train) et un peu moins de Yokohama, sur la péninsule de Miura. Kamakura s’étend sur 39,60 km2 .

KamakuraVue sur le mont Fuji, avec Kamakura et la plage de Shichirigahama au premier plan

Kamakura revêt une importance historique pour le Japon. En 1192, le shogun Minamoto no Yoritomo décida d’installer sa nouvelle capitale à Kamakura1, qui n’est alors qu’un simple bourg2, y déplaçant du même coup le centre politique du Japon. C’était l’époque où les shoguns prenaient le dessus sur l’empereur (Mikado). Le gouvernement de Kamakura domina le Japon pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1333. À cette date la ville compte environ 50000 habitants.
Aujourd’hui, Kamakura est une ville balnéaire, touristique et bien tranquille pour le touriste arrivant en train depuis Tokyo. Elle présente de nombreux points d’intérêt pour les visiteurs.
L’été, sa longue plage est fréquentée. Apprécié des densha-otaku, un train ancien traverse la ville sur une voie unique.

Parmi de nombreux temples, mausolées et monuments historiques, le monument le plus célèbre aujourd’hui est très certainement le grand bouddha Amitabha de Kamakura.  Les mains du Bouddha ont été sculptées, de manière stylisée, dans la posture dite jo-in, de la méditation zen.

Kamakura Budda Daibutsu front 1885.jpg

Le Grand Bouddha de Kamakura est une monumentale statue extérieure en bronze d’Amitābha Bouddha située au temple de Kōtoku-in. La statue date probablement de 1252, de l’époque de Kamakura, d’après les registres du temple. Il se trouvait avant à la place un Bouddha géant en bois, achevé en 1243 après 10 ans de travaux continus, financée par Dame Inadano-Tsubone et le prêtre bouddhiste Jōkō de Tōtōmi. Endommagée par une tempête en 1248 (le hall qui l’abritait fut détruit), Jōkō suggéra de fabriquer une autre statue en bronze, et les fonds nécessaires furent levés. La statue est sûrement l’œuvre de Gorōemon Ōno ou de Hisatomo Tanji, deux sculpteurs importants à cette époque5. À une époque, la statue était dorée. Il y a encore des traces d’or près des oreilles6.
La hall qui abritait la statue fut détruit dans une tempête en 1334, fut reconstruit, puis endommagé par une autre tempête en 1369 et fut encore reconstruit. Le dernier bâtiment abritant la statue fut emporté par un tsunami le 20 septembre 1498 pendant la période Muromachi7. Depuis, le Grand Bouddha est resté à l’air libre

La statue fait environ 13,35 m de haut en incluant la base et pèse environ 121 t.

La statue est creuse et l’on peut visiter l’intérieur. Beaucoup de visiteurs laissent des graffitis sur les parois de l’intérieur9. À une époque, il y avait 32 pétales de lotus en bronze à la base de la statue, mais il n’en reste plus que 4, et ils ne sont même plus à leur place originelle. Un panneau devant la base dit : « Étranger, qui que tu sois et quelles que soient tes croyances, quand tu entreras dans ce sanctuaire, souviens-toi que tu foules un sol sacré par les siècles passés. Ceci est le temple de Bouddha et la porte de l’éternel, et tu dois donc entrer avec respect« .

Le grand séisme de 1923 de Kantō détruisit la base sur laquelle était assise la statue, mais elle fut réparée en 1925. D’autres réparations eurent lieu en 1960-1961, quand le cou fut renforcé et qu’on installa des protections contre les tremblements de terre.

Poids : 121 tonnes
Taille : 13,35 m
Longueur du visage : 2,35 m
Longueur de l’œil : 1,0 m
Longueur de la bouche : 0,82 m
Longueur de l’oreille : 1,90 m
Distance entre les deux genoux : 9,10 m
Circonférence du pouce : 0,85 m

*****

*****

Au cœur de la ville, face à la mer et séparé d’elle par une longue allée plantée de cerisiers et bordée de lanternes de pierre, se trouve le sanctuaire shintô Tsurugaoka Hachiman dédié à Hachiman, dieu de la guerre, divinité tutélaire du clan Minamoto.

En arrière de la ville, dans des collines protégées de la construction, on trouve de nombreux temples et leurs larges domaines ; certains sont le siège des écoles du bouddhisme zen japonais. L’un des plus célèbres est le Gokuraku-ji, un temple de la secte Shingon, fondé en 1259 par Shigetoki Hōjō  (1198-1261) et un prêtre appelé Ninshō (1217-1303), qui a été restauré et rebâti plusieurs fois depuis cette date.
Près de la gare de Kita-Kamakura (signifiant Nord de Kamakura), dans le temple Engaku-ji, est enterré le fameux cinéaste japonais Yasujirō Ozu.

*****

Sources : wikipedia

Auteur : Lani

"Blogueuse/webmaster" amateur pour Nico & Mariana avec un site professionnel les mettant en valeur et la pleine lumière sur leur chaîne.