Le cas Enfield

Célèbre affaire de poltergeist s’étant déroulée dans le quartier londonien d’Enfield en Angleterre, de 1977 à 1979.

Peggy Hodgson et ses enfantsPeggy & ses enfants : Margaret 13 ans, Janet 11 ans, Johnny 10 ans et Billy 7 ans.

Le poltergeist aurait présenté une grande variété de manifestations, centrées autour des enfants de la famille Hodgson. En particulier axé sur Janet, une adolescente de 11 ans.

*****

Poltergeist : dérivé de l’allemand poltern « faire du bruit » et geist « esprit ». C’est un phénomène paranormal consistant en des bruits divers, des déplacements, apparitions ou disparitions d’objets et autres phénomènes a priori inexplicables.

*****

Live du 03/01/2017

*****

À partir du 31 août 1977, la maison fut le lieu d’un festival inouï de plus de 1500 manifestations : objets et meubles renversés ou se déplaçant seuls, draps de lits soulevés, Janet mise en lévitation, bruits et voix diverses, aboiements de chiens, apparitions, objets semblant traverser les murs, départs de feux dans des tiroirs, objets déformés …

Enfield - Meubles renversés

La mère décida de contacter le Daily Mirror le dimanche 4 septembre. C’est par ce contact que l’histoire incroyable mais vraie du poltergeist de Enfield commença… Presque tous les journaux et postes de télévisions étaient devant la maison. Ils voulaient voir ou entendre le poltergeist. Le journaliste Georges Fallows accepta d’aller faire un tour et d’écrire un papier sur ce cas avec un photographe.

Des billes, des chaises, des Lego et des vêtements flottaient dans les airs et se déplaçaient sur le plancher et les portes de la maison s’ouvraient et se refermaient sans aucune aide humaine.

Ces faits ont été suivis en permanence durant 13 mois par 2 enquêteurs de la SPR (Society for Psychic Research), Maurice Grosse et Guy Lyon Playfair (ci-dessous). Ils ont installé des appareils photos, des caméras et des enregistreurs dans toutes les pièces, mais ils tombaient constamment en panne.

Maurice Grosse et Guy Lyon Playfair

Quand il a proposé son aide à Grosse, Playfair revenait d’une longue enquête d’un cas de poltergeist à São Paulo. Il précise : « Il était impossible de séparer les incidents car il y en avait beaucoup. Cette affaire était plein d’incidents qui étaient inexplicable. Je vous donne 2 exemples : 1) Un contracteur travaillant près de la maison vit apparaître un coussin sur le toit de la maison. 2) Une dame qui traversait la rue devant la maison vit Janet flotter dans les airs. »

Une trentaine de personnes en ont donc été les témoins directs, dont des policiers, des journalistes de la BBC et du Daily Mirror, des voisins et diverses personnalités. Les manifestations étaient incessantes.

Photo du Daily Mirror Photo du Daily Mirror

Le photographe Graham Morris explique dans le documentaire « The Enfield Poltergeist » ce qu’il vit : « Lorsque nous avons amené les enfant dans une pièce tout à coup des objets commencèrent à s’envoler et frapper sur les murs. J’ai reçu une brique Lego en plein sourcil. »

Malgré l’aveu ultérieur par Janet de quelques tentatives de fraudes pour tester les enquêteurs (qui les ont d’ailleurs repérées) la plupart des phénomènes semblent ne pouvoir avoir été provoqués artificiellement. Les voix et les bruits sont enregistrés. Des scènes déroutantes sont parfois photographiées.

Janet Extirpée de son Lit 

2 des photos les plus célèbres faisant le tour du net aujourd’hui

L’homme sur la photographie est l’oncle de Janet. Le plus troublant c’est que quelques heures avant Janet avait reçu une dose importante de sédatif et mise au lit, ce dernier étant à l’opposée d’où elle apparaît.

Il apparaît que c’est Janet qui est l’épicentre des évènements et la plus souvent visée. Durant le séjour qu’elle fait dans un hôpital, fin juillet 1978, les manifestations décrurent d’intensité, pour cesser définitivement après l’intervention d’un médium hollandais. Malgré le travail d’enquête considérable des 2 enquêteurs, logeant souvent sur place, plusieurs personnalités affirmèrent que toutes les manifestations étaient organisées par les enfants.

D’ailleurs, dans leur chambre, il y avait une vieille cheminée, inutilisée, suite à un évènement, il fut décidé de la démonter. Le lendemain, une forte secousse secoua la maison : les restes du chauffage avait été arraché du mur et il ne restait que le tuyau d’arrivée du gaz, fortement tordu. Trop lourd pour que ce soit les enfants qui aient fait ça.

On a pensé à la ventriloquie lorsque Janet parlait d’une voix étrange … Pour des orthophonistes les voix que Janet exprimait venaient de fausses cordes vocales à l’arrière du cou. Les acteurs qui veulent parler d’une voix rauque utilisent ces cordes vocales. Mais après quelques secondes la personne commence à avoir mal à la gorge. Ce qui annule cette théorie c’est que Janet pouvait parler avec cette voix pendant des heures, tout en annulant la possibilité qu’elle était ventriloque.

Annie Shaw, médium, et son conjoint organisèrent une séance de spiritisme dans la maison. Assis dans le salon elle expliqua le fonctionnement de la séance : les défunts ou autre entités passeraient par elle pour passer leur message. La séance fut fructueuse car Annie pu identifier un défunt ayant fait de la magie noire et qui pouvait contrôler les autres défunts présents dans la maison, son nom : Gozer.

Afin d’aider la famille la médium et son conjoint nettoya les auras de Peggy et de Janet en déplaçant leurs mains autour des corps des femmes.

L’activité paranormale commença à diminuer, mais Janet était souvent la cible d’attaques qui commençaient à déranger ses études. Une nuit elle se réveilla sentant des mains l’étouffer. Elle voyait un vieil homme assis sur le bord du lit mettant une main sur la bouche et l’autre sur son nez.

Grosse et Playfair ont essayé pendant des semaines des tentatives de contacts avec l’entité qui hantait la maison. Un soir le dialogue commença. En premier les réponses étaient courtes, un mot, puis l’entité commença à discuter : le son sortait de la bouche de Janet alors que la bouche était fermée (pas de ventriloquie).

Les réponses devenues de plus en plus claires permirent aux enquêteurs de savoir qu’il y avait 10 entités qui partageaient la maison. La plupart étaient capricieux, violents, sauf Billy (Bill Wilkins, un vieil homme ayant habité dans la maison et qui y serait mort d’une hémorragie alors qu’il était assis dans son fauteuil au rez-de-chaussée) qui était considéré par les enquêteurs comme celui qui était le plus coopératif.

Il semblerait que les enquêteurs eurent affaire à un autre médium : Gerry Sherryk. Il aurait dit que Janet et Peggy avaient été des soeurs dans une vie antérieure et qu’elles avaient été sorcières. Pour lui elles étaient médiums et captaient des entités et il y avait une défunte, une vielle femme âgée qui semblait haineuse. Elle disait qu’elle était décédée dans la maison et qu’elle ne voulait pas quitter cette maison qui l’appartenait.

Le médium avant de partir décida de faire un traitement magnétique sur tous les occupants de la maison, incluant les enquêteurs. Playfair avoua ressentir une chaleur intense dans son corps. Suite à cette visite le calme se plaça dans la maison…

En mars 1978 Grosse et Playfair décidèrent de participer à la SPR, ils donnèrent les informations recueillis et ils eurent un accueil très froid mais ils furent aidé par le journaliste Bryan Rimmer et par le journal Daily Mirror.

Peggy demanda le retour des enquêteurs car les phénomènes continuaient à se répéter et durant le mois d’avril en l’absence des enquêteurs ils connurent environ 150 incidents et les apparitions visuelles commençaient à devenir de plus en plus fréquentes.

L’apparition qui a dérangée le plus Peggy fut celle d’un jeune enfant d’environ l’âge de son fils Billy. Elle a pu se rendre compte que c’était une apparition car l’enfant n’était pas habillé comme Billy, comme s’il portait une chemise de nuit et qu’il glissait ou flottait.

Janet allaient souvent passer des tests psychiques et physiques pour valider son état mental et physique. Même à l’hôpital les phénomènes continuaient.

*****

Fin 78, Dono Gmeling Meyling, un jeune médium, visita la maison et les phénomènes commencèrent à devenir de plus en plus rares, calmes. L’ultime solution fut appliquée : un prêtre vint bénir la maison. Les phénomènes cessèrent définitivement.

*****

Janet a quitté la maison à 16 ans et elle s’est mariée jeune. Elle vit avec un laitier retraité. Son frère Johnny est décédé à 14 ans d’un cancer, sa mère Peggy fut victime d’un cancer du sein en 2003 et le fils de Janet mourut à 18 ans dans son sommeil. Pour elle ces décès dans sa famille n’ont pas de lien avec le poltergeist.

*****

—> Inspirée par ces événements, une mini-série télévisée britannique de 3 épisodes de 45mn « Le Mystère Enfield » a été produite en 2015. Initialement diffusée sur la chaîne Sky, elle a été projetée le 03/07/ 2015 au Festival Série de Fontainebleau puis diffusée en France sur Arte.

—> Le film Conjuring 2 : le cas Enfield, réalisé par James Wan en 2016, s’inspire également de ces événements. Le générique de fin présente des enregistrements d’époque ainsi qu’une mise en parallèle des photographies originales et de celles recréées pour les besoins du film.

Film interdit en salle aux moins de 12 ans

Bande-annonce 1 – VF

Synopsis : 

(Une nouvelle histoire vraie issue des dossiers d’Ed et Lorraine Warren : l’une de leurs enquêtes les plus traumatisantes.)

Lorraine et Ed Warren se rendent dans le nord de Londres pour venir en aide à une mère qui élève seule ses quatre enfants dans une maison hantée par des esprits maléfiques. Il s’agira d’une de leurs enquêtes paranormales les plus terrifiantes …

*****

—> Pour avoir l’histoire vraie de la famille, Mindshadow a fait un article détaillé et chronologique.

*****

Janet interview de 2012 :

Enregistrement de « l’entité Bill Wilkins », parlant par la bouche de Janet et racontant son décès :

*****

Ed Warren disait du cas d’Enfield qu’Amityville était un train fantôme en comparaison …

Ed et Lorraine Warren

Il dit y être allé durant l’été 78 et y être resté une semaine. Ed a interrogé les membres de la famille un à un puis ensemble. Il a été témoin de différents phénomènes se déroulant dans la maison.

Pour Ed et Lorraine Warren, l’ensemble de l’affaire n’était pas le fruit d’un poltergeist mais d’une possession démoniaque. Ed Warren affirmait avoir pu observer Janet léviter au dessus de son lit alors qu’elle était endormie.

L’attitude du couple Warren a cependant été très critiquée : Playfair leur reprochait de n’avoir passé qu’une unique journée sur place à Enfield mais aussi d’avoir été plus motivés par la façon dont ils pouvaient retirer de l’argent de l’affaire que par une quête de vérité.

*****

 Après la mort de Peggy, la famille Bennet habitat la maison 2 mois seulement, et disent avoir vu et entendu des « choses ». Clare Bennet avait toujours l’impression d’être observée. Elle n’a apprit que plus tard l’histoire de la maison et comprit alors ce qui se passait dans son foyer et pourquoi ils entendaient souvent des voix parlées. La nuit précédent leur départ, son fils de 15 ans a été réveillé et a vu un homme entrer dans sa chambre.

Aujourd’hui une autre famille habite le 284 Green Street mais elle souhaite garder l’anonymat et ne pas parler de l’affaire.

*****

Sources : Wikipédia, mindshadow, paranormal-encyclopedie, allocine, radio-outretombe

Auteur : Lani

"Blogueuse/webmaster" amateur pour Nico & Mariana avec un site professionnel les mettant en valeur et la pleine lumière sur leur chaîne.