Lieu d’une affaire criminelle…

Vendredi 25 Août 2017

L'auberge rouge début XXème siècle

L’auberge de Peyrebeille est située sur la commune de Lanarce en Ardèche. Cette auberge est plus connue sous le nom de ‘L’auberge rouge » faisant les gros titres des journaux dans les années 1830, lieu d’une affaire criminelle aux proportions incroyables et faisant encore couler beaucoup d’encre de nos jours.

La base et les personnages :

Pendant près de 23 ans les époux Pierre et Marie Martin, d’anciens fermiers pauvres devenus propriétaires et tenanciers de l’établissement, auraient détroussé plus de 50 voyageurs avant de les assassiner.

À leur mort, leur fortune fut évaluée à 30.000 francs-or ce qui correspond à environ 600.000€d’aujourd’hui.

Les assassinats eurent lieu avec la complicité de leur domestique nommé Jean Rochette (surnommé Fétiche) ainsi que de leur neveu, André Martin. Leur cupidité et le fort caractère de Pierre Martin, qui le faisait craindre dans le voisinage, avaient attiré sur eux l’attention des gens du lieu et les conduisirent à leur perte.

La presse donna alors différents surnoms à l’auberge de Pierre Martin tels que « l’auberge rouge », « l’auberge sanglante » ou le « coupe-gorge ».

L’histoire :

L’affaire débuta le 26/10/1831.

Ce jour-là, on découvrit le cadavre d’un homme sur les bords de l’Allier. Le crâne fracassé, le genou broyé, il s’agissait du maquignon Antoine Enjolras, qui, ayant perdu sa génisse en chemin, aurait cessé les recherches de sa bête et fait halte à l’auberge le 12 octobre 1831. Selon le témoin Claude Pagès, le cadavre aurait été transporté sur une charrette par Pierre Martin, Fétiche et un inconnu depuis l’auberge jusqu’à la rivière.

Le 25 octobre, le juge de paix Étienne Filiat-Duclaux se rendit chez les Martin pour enquêter sur la disparition de l’homme à la génisse. Pierre Martin et son neveu furent arrêtés le 01/11/1831. Jean Rochette ne fut arrêté que le lendemain. Marie Martin ne fut arrêtée que plus tard car les autorités n’imaginaient pas au départ qu’une femme pût être une meurtrière.

Les rumeurs :

Marie faisait manger aux clients pâtés et ragoûts accommodés avec les meilleurs morceaux prélevés sur les cadavres
des gens auraient vu des mains humaines mijoter dans la marmite de la cuisine
d’autres ont vu les draps du lit ou les murs tachés de sang
des fumées nauséabondes s’échappaient fréquemment des cheminées
les aubergistes auraient brûlé le corps de leurs victimes, dont des enfants, dans le four à pain de la cuisine

Le procès :

Le 18/06/1833, le procès des 4 monstres s’ouvrit aux Assises de l’Ardèche à Privas. 109 témoins furent appelés à la barre! Avec toutes les rumeurs et propos tenus, le procès s’enlisa et on pensa même à prononcer l’acquittement des accusés.

Puis, coup de théâtre. Laurent Chaze, un mendiant de la région qui aurait tout vu et entendu, raconta les faits :

Ce soir-là, il fut chassé de l’auberge, faute de pouvoir payer son lit. Il se serait alors caché dans une remise d’où il n’aurait, en réalité, assisté qu’à l’assassinat d’un seul voyageur (Enjolras).

L’avocat de Jean Rochette, lors de sa plaidoirie, a implicitement accepté le fait que son client était un assassin en plaidant l’irresponsabilité de ce dernier, car il ne pouvait pas échapper à l’influence de ses maîtres. Cette plaidoirie a sans doute contribué à sceller le sort des accusés.

Finalement (après 7 jours d’audience) jugés coupables d’un seul assassinat, celui d’Enjolras, et acquittés pour tout le reste, les époux Martin et leur valet Rochette furent tous les trois condamnés à mort le 28 Juin.

Après le rejet de leur pourvoi en cassation, puis de la requête en grâce auprès du roi Louis-Philippe, ils furent ramenés de Privas sur les lieux de leurs méfaits afin d’être guillotinés dans la cour même de leur auberge.

Lorsque Rochette fut sur le point d’être exécuté, il cria : « Maudits maîtres, que ne m’avez-vous pas fait faire !  »

Les aubergistes n’ont jamais avoué. Les têtes des trois victimes de la guillotine ont été moulées et reproduites sur des photos de l’époque, grimaçantes. Quant au neveu des Martin, il fut acquitté.

De nombreuses pièces du dossier ont disparu des archives judiciaires. Les pages des livres d’état civil faisant état des étapes de la vie des époux Martin ont été arrachées.

Le mystère de la culpabilité ou de l’innocence des époux Martin ne sera jamais éclairci, sauf à retrouver un jour les pièces du dossier si elles n’ont pas été détruites.

*****

Sur Wikipédia vous trouverez un petit article « Place dans le contexte politique et l’imaginaire collectif » afin de remettre cette affaire dans son contexte historique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auberge_de_Peyrebeille

*****

L’histoire de l’Auberge Rouge resta longtemps dans les esprits, entretenue par les nombreuses complaintes chantées pendant les foires et les veillées jusqu’à aujourd’hui.

Quantité de livres et d’articles divers ont relaté l’affaire, des films ont également été faits.

Sur le site du progrès.fr, un article du 25/10/2015 :

http://www.leprogres.fr/faits-divers/2015/10/25/l-histoire-de-la-sanglante-auberge-de-peyrebeille-hante-encore-les-esprits>

Sur lejdd.fr, vous trouverez également un article daté du 21/07/2012 et mis à jour le 19/06/2017 :

http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Notre-serie-de-l-ete-les-cafes-qui-ont-fait-l-histoire-a-l-Auberge-rouge-533235

20mn.fr : http://www.20minutes.fr/societe/2116075-20170824-histoires-proces-legende-auberge-rouge-53-meurtres

e_tribune : http://www.e-tribune.fr/index.php/ardeche/ardeche-la-vie-d-ici/473-l-auberge-rouge-le-mystere-de-peyrebeille

*****

Site officiel des visites en Ardèche : https://www.ardeche-guide.com/lieux-de-visites/musees-sites/auberge-de-peyrebeille-auberge-rouge-119488

Site officiel de Lanarce : http://www.lanarce.fr/public/?code=l-auberge-de-peyrebielle

Auberge

L’actuel bâtiment n’a guère été modifié depuis 1831, il abrite aujourd’hui un musée que l’on peut visiter.

Lani @+

Sources : wikipédia, journaux, sites cités, web

*****

********************************************************

Auteur : Ingrid Lani

Après RIP il me semblait normal de suivre Nico & Mariana dans leur nouvelle aventure. Fidèle depuis le 1er jour, modo + tipeuse + blogueuse pour un soutient sans faille et assumé.