Lourmarin

*****

Site officiel du village : http://www.lourmarin.com/

Lourmarin est située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Une forteresse fut créée au XIIème siècle. Par une bulle datée de 1189, Clément III plaça sous sa juridiction les hospitaliers du Pont de Bonpas qui possédaient une maison à Lourmarin.

Le fief de Lourmarin relevait du comté de Forcalquier au xiie siècle. Lorsque ce comté perd son indépendance en 1209, à la mort de Guillaume II, un de ses neveux, Guillaume de Sabran tente de le relever. Après une lutte de dix ans, il passe un accord à Meyrargues le 29 juin 1220 avec Raimond Bérenger IV, comte de Provence et lui aussi héritier du comté de Forcalquier. Par cet accord, la moitié sud du comté, dont Lourmarin, lui est donnée, et en fait partie jusqu’à sa mort, vers 1250.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d’Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d’Anjou. La dame de Lourmarin, Reine de Sabran, se rallie aux Angevins en 1385, après la mort de Louis Ier.

Au XVème siècle, à la Renaissance, le château de Lourmarin fut reconstruit par Foulques d’Agoult sur les restes de l’ancienne forteresse.

Lourmarin est une pièce maîtresse dans l’organisation de la communauté vaudoise de l’époque qui s’étend pendant trente ans à 24 villages prospères, mettant en valeur les terres marécageuses au sud du Luberon, puis sur le versant nord.

Le 18 avril 1545, le village, peuplé de Vaudois, est incendié par les troupes de Paulin de La Garde, sous la direction du 1er président du Parlement d’Aix, Jean Maynier, seigneur d’Oppède. Après le massacre d’avril 1545, au cours duquel sont exterminés 3 000 Vaudois du Luberon, une partie des survivants sont revenus dans le Piémont.

Seigneurie des Forcalquier (jusqu’en 1385), des Sabran, Dufour et Venterol (à partir de 1418), puis des Oraison et des d’Agoult-Montauban à partir du milieu du XVème siècle. Le fief passe aux Créquy-Lesdiguières au XVIIème siècle et aux Neufville de Villeroy, puis fut acheté le 7 juillet 1719, par Jean-Baptiste Bruny, négociant, industriel (armateur à Marseille), banquier, et secrétaire du roi en 1711, dit de La Tour d’Aigues.

À partir de 1920 commence la restauration du château.

Site officiel du château : http://www.chateau-de-lourmarin.com/accueil/

Résultat de recherche d'images pour "château de lourmarin"

Le château de Lourmarin est un château Renaissance dominant le village de Lourmarin. Restauré entre 1921 et 1923 par Robert Laurent-Vibert, il abrite actuellement une Fondation culturelle. De nombreuses manifestations ont lieu toute l’année. Le château, entièrement meublé, est ouvert toute l’année aux visiteurs.

Le château comporte 2 parties, distinctes en périodes, mais contiguës l’une de l’autre : Le château vieux, partie de type forteresse médiévale, datant du XIIème siècle, et le château neuf, de type renaissance.

Le château vieux ouvre sur une cour, entourée d’un bâtiment de 3 étage, et fermée par une terrasse, en étage, abritant un moulin en rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussée de la bâtisse regroupe les pièces de services, comme la cuisine, l’office et son garde-manger, les fours, ainsi que les bases d’une tour ronde. Au sud de la cour, se trouvait une salle basse, surnommé la prison. Celle-ci n’est actuellement plus visible, car elle a été comblé par les déblais des restaurations du début du XXème siècle.

Le premier étage du château vieux regroupait les pièces les plus importantes et d’apparat, d’après les descriptions d’un inventaire manuscrit de 1635, conservé à la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence: la « chambre de Madame », au nord, avec son anti-chambre et sa garde-robe (dans la tour ronde) ; à l’ouest, à l’emplacement de la loggia actuelle, une chapelle orienté nord-sud ; de nombreuses pièces, disparues avec le temps, se situaient au dessus de la salle basse, tel que la « chambre du roi » et sa garde-robe, la salle du corps des logis, ainsi qu’une pièce dénommé la lingerie, accessible par une galerie.

Les pièces du 2ème étage ont la même disposition que celles du premier, mais sans fonction particulière, en dehors de la « salle des Grimaud », situé au dessus de la salle du corps des logis. Le 3ème étage est celui des combles.

L’aile renaissance, ou château neuf comporte 3 niveaux, comme le château vieux. Chaque niveau est composé de deux pièces, desservies par un couloir, décorées de cheminées, dont l’une ornée de cariatides à visages d’Amérindiens et de colonnes.

Les abords du château comportaient deux terrasses, l’une nommée basse-cour, l’autre garenne. L’ensemble était entouré d’un mur, plus haut que le mur actuel, puis d’un fossé extérieur, l’entrée principale se faisant par un pont-levis. Un jardin d’agrément était situé à l’extérieur de l’enceinte. Il était traversé de 3 allées, couverte d’une treille, prévu pour la culture de la vigne.

L’extérieur est de l’enceinte abritait des bâtiments agricoles, tel que les cuves à vin ou l’étable à cochons, ainsi que 2 granges, un moulins à huiles et 6 écuries.

Sources: Wikipédia, site officiel

Auteur : Lani

"Blogueuse/webmaster" amateur pour Nico & Mariana avec un site professionnel les mettant en valeur et la pleine lumière sur leur chaîne.