Parc hanté de Toyama et l’Unité 731

*****

Situé à seulement 20 mn à pied de la gare de Shinjuku, le parc de Toyama a deux visages : le jour, vous pouvez facilement vous promener dans le parc joyeux et familial, mais la nuit …

Au fil des ans, les habitants et les visiteurs audacieux ont rapporté un certain nombre d’expériences étranges, notamment entendre une voix désincarnée pleurer depuis la petite colline du parc, Hakone Yama. Cette activité a attiré des touristes chasseurs de fantômes, en particulier sur la colline orientale de Toyama Park, où l’on dit qu’un homme sanglotant et désincarné serait présent. D’autres personnes vivant près du parc ont déclaré avoir vu un hitodama, une boule de lumière enflammée qui apparaît lorsque l’âme d’une personne a été séparée de son corps.

Il y a quelques décennies à peine, ce site était l’une des scènes de meurtres de masse et d’expérimentation humaine les plus sombres du Japon : l’Unité 731.

*****

Créée par mandat impérial, l’Unité 731 était une unité militaire de recherche bactériologique de l’Armée impériale japonaise. Officiellement, cette unité, créée en 1925 et dirigée par Shirō Ishii se consacrait « à la prévention des épidémies et la purification de l’eau », mais elle effectuait en réalité des expérimentations sur des cobayes humains comme des vivisections sans anesthésie ou des recherches sur diverses maladies comme la peste, le typhus et le choléra en vue de les utiliser comme armes bactériologiques.

Shiro Ishii

Implantée en 1936 à Pingfang, cette unité prit le relais de l’unité Tōgō. Elle procédait à des expériences sur des prisonniers, dont des femmes et des enfants, en majorité coréens, chinois et russes fournis en grande majorité par la Kenpeitai, la police militaire.

Les 9 et 10 août 1945, après l’invasion de la Mandchourie et de la Corée par l’armée soviétique, l’armée japonaise de Kwantung a été prise de panique. Son commandant, Yamada, a ordonné la destruction des unités 731 et 100. Tous les maruta (cobayes) ont été tués et 600 travailleurs chinois locaux ont été exécutés à la mitrailleuse. Shirō Ishii reçut l’ordre de détruire l’ensemble des bâtiments avant l’arrivée des Russes.

Au terme de la guerre, les membres de l’Unité 731 ont négocié avec le général Douglas MacArthur et les autorités américaines un pacte les soustrayant aux poursuites intentées par le Tribunal de Tokyo. En échange, les États-Unis ont reçu de Shirō Ishii l’ensemble des résultats des tests menés à l’unité 731, résultats qu’il avait conservés dans sa fuite ; il a ainsi bénéficié d’une totale impunité. Des membres de l’unité ont toutefois été condamnés par les Soviétiques lors d’un procès tenu à Khabarovsk en 1949.

En 1981, son existence est rendue publique par la publication d’un rapport scientifique suivi d’un best-seller intitulé Akuma no hōshoku écrit par Seiichi Morimura.

En juillet 1989, des os humains sont découverts lors de fouilles près de l’Institut national des maladies infectieuses, à proximité du parc Toyama, sur le site de l’ancien Institut qui servait d’école médicale pour l’armée impériale durant la guerre. Ces os sont alors soupçonnés d’être les restes de victimes chinoises, liées à l’unité 731. En 1992, l’anthropologiste Hajime Sakura étudie ces restes à la demande des autorités locales, et conclut qu’ils appartiennent à plus de 62 personnes, la plupart d’origine mongoloïde, et présentent des traces d’opérations chirurgicales, notamment du cerveau.

On estime que Shirō Ishii et son équipe commencèrent leurs expériences sur les humains en début d’année 1932. Les premiers cobayes étaient des prisonniers condamnés à mort et détenus à la prison de Harbin ou des résistants capturés par la kempeitai. Par la suite, les victimes furent également des soldats chinois, des Russes communistes détenus dans le camp d’Hogoin, des intellectuels, des ouvriers coupables d’agitation, ou simplement des individus soupçonnés de « déloyauté ».

À compter de 1936, avec la création de l’unité 731 à Pingfang et la destruction du site de Beiyinhe, les expérimentations s’étendirent aux femmes et aux enfants (à qui on distribuait le bacille du charbon mélangé au chocolat) puis, ultérieurement, aux prisonniers de guerre américains détenus au camp de Moukden.
Ces cobayes humains étaient appelés « maruta », ce qui, en japonais, signifie billot, bûche ou bille de bois. À leur arrivée à l’unité 731, on leur attribuait un numéro et ils n’étaient plus considérés comme des êtres humains. La plupart avaient entre 20 et 40 ans.
Dès 1933-1934, Shirō Ishii effectuait des expériences sur le choléra et la peste, en se servant de prisonniers.

Il y avait également :
– Des vivisections qui pouvaient durer entre 10 mn et 3h. Les membres étaient d’abord coupés, puis les organes étaient retirés un à un. Les opérations étaient menées tous les 3 jours et ont cessé lors du débarquement des soldats américains.
– Corps bouillis vifs
– Corps brûlés au lance flamme
– Corps congelés
– Transfusion de sang de cheval ou même d’eau de mer
– Electrocutions
– Tués dans des centrifugeuse géantes
– Soumis à des rayons X
– Corps momifié vivants ( On les desséchait jusqu’à ce qu’ils meurent et ne pèsent plus qu’un cinquième de leur poids normal )
– On étudiait également sur eux les effets du cyanure d’hydrogène, d’acétone et de potassium.
– Certains détenus étaient affamés et privés de sommeil, jusqu’à la mort.
– D’autres furent soumis à des expériences de décompression.

Quand un détenu survivait à une expérience, il était soumis à une autre, jusqu’à ce qu’il finisse par mourir. 200 prisonniers peuplaient ces cellules et 2 ou 3 mouraient chaque jour.
Selon certaines sources, plus de 10 000 hommes, femmes et enfants seraient morts dans les laboratoires.

*****

L’Unité 731, sans surprise, est considéré par beaucoup comme l’un des 10 meilleurs endroits les plus hantés du monde
* l’ équipement électronique qui ne fonctionne plus
* les lampes qui faiblissent
* Des bruits étranges et des bruits de pleurs
* Apparitions d’hommes, de femmes ou ombres aperçues dans les ruines du site
* Une silhouette fantomatique qui marche dans l’enceinte vides qui entourent les unités Frostbites.
* Des lumières fantômes peuvent également être aperçues
* Des voix fantomatiques ont été entendus
* Des anomalies apparaissent fréquemment sur les photos prises dans la région

*****

Sources : fre.worldtourismgroup.com et un-monde-de-paranormal.over-blog.com

Auteur : Lani

"Blogueuse/webmaster" amateur pour Nico & Mariana avec un site professionnel les mettant en valeur et la pleine lumière sur leur chaîne.