Tokyo

Tokyo (littéralement « Capitale de l’est »), anciennement Edo, est la plus grande ville et la capitale du Japon.

Article détaillé Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tokyo

Site officiel de tourisme à Tokyo : http://www.gotokyo.org/fr/index.html

Liste Patrimoine mondial UNESCO – Japon : http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/jp

Les 7 musées incontournables :

Edo tokyo museum

EDO-TOKYO MUSEUM établi en 1993 est consacré à l’histoire de la ville de Tokyo. Les principaux éléments des expositions permanentes sont la réplique grandeur nature du Nihonbashi, pont qui servait traditionnellement de point de départ de toutes les routes du Japon en sortant d’Edo; le théâtre Nakamuraza; des modèles réduits de la ville et de bâtiments des ères Edo, Meiji et Shōwa.

musée ghibli

MUSÉE GHIBLI est un musée commercial consacré aux réalisations du célèbre studio Ghibli et de Miyazaki. Il est situé sur le terrain du parc d’Inokashira à Mitaka dans la banlieue de Tokyo. Il est accessible par train depuis le centre de Tokyo (Chuo Line) et nécessite une réservation à l’avance (souvent de plusieurs mois) pour pouvoir le visiter. Il présente en plus des expositions, un café, un magasin, un toit végétal et une salle de cinéma.

Sa construction aurait été confiée à Goro Miyazaki, le fils d’un des fondateurs du Studio Ghibli, Hayao Miyazaki. Ce dernier s’est inspiré de ses croquis et schémas utilisés pour ses films pour créer le bâtiment. L’architecture du bâtiment se veut très proche de l’atmosphère des films du studio. Très colorée et proche de la nature, le musée se situe dans un parc et présente une décoration riche faisant référence à de nombreux films du studio Ghibli.

L’ambiance illustre bien le slogan du musée « Let’s get lost together » (« Égarons-nous ensemble ») tant elle stimule tous nos sens.

musée national

MUSÉE NATIONAL DE TOKYO Installé en 1872 c’est le plus ancien et le plus grand musée au Japon. Il se situe à l’intérieur du parc d’Ueno dans l’arrondissement de Taitō-ku. Ce musée possède et préserve une collection complète d’œuvres d’arts et d’objets archéologiques du Japon et d’autres pays de l’Asie de l’Est.

Edo-Open air

EDO-TOKYO OPEN AIR ARCHITECTURAL MUSEUM (littéralement « Jardin des bâtiments Edo-Tokyo ») dans le parc Koganei , est un musée des bâtiments japonais historiques. Le parc comprend de nombreux bâtiments de la classe moyenne japonaise ordinaire jusqu’aux domiciles d’individus riches et puissants tels que l’ancien 1er Ministre Takahashi Korekiyo.

Le musée permet aux visiteurs de pénétrer et de découvrir une grande variété de bâtiments de différents styles, époques et destinations, des foyers de la classe supérieure aux magasins d’avant-guerre, des bains publics (sentō) et des bâtiments de style occidental de l’ère Meiji.

Ota Memorial Museum

UKIYO-E OTA MEMORIAL MUSEUM OF ART ouvre ses portes dans l’arrondissement de Shibuya, à Tokyo, en janvier 1980. Il présente des expositions tournantes de l’ukiyo-e de la collection Ōta Seizo V de plus de 12000 pièces.

Mingeikan

NIPPON MINGEIKAN Le musée d’artisanat folklorique japonais situé à Meguro est consacré à l’artisanat des gens ordinaires. Le musée est fondé en 1936 par Yanagi Sōetsu, fondateur du mouvement mingei (mouvement artistique japonais, principalement de poterie et de céramique, inspiré par le mouvement anglais Arts & Crafts).

Yushukan

YŪSHŪKAN est un musée militaire situé sur le site du Yasukuni-jinja dans l’arrondissement de Chiyoda à Tokyo. Entretenu par le sanctuaire, le musée est dédié à l’âme des soldats morts au combat pour l’empereur du Japon. Il expose diverses pièces et documents sur les blessures de la guerre et l’activité militaire japonaise de la restauration de Meiji de 1868 à la fin de la guerre du Pacifique en 1945. Fondé en 1882, le musée se décrit lui-même comme le premier et le plus vieux musée militaire du Japon.

*****

Une histoire de fantôme, un conte, l’histoire d’Oiwa et de Tamiya Iemon.

Temple Oiwa Le temple Oiwa

Yotsuya Kaidan, l’histoire d’Oiwa et de Tamiya Iemon, est un conte de trahison, de meurtre et de vengeance fantomatique. Probablement l’histoire de fantôme japonaise la plus célèbre.

Retour à la période Edo, à Yotsuya.

Dans ces temps là s’y trouvait un couple très charmant, vivant une vie modérée. La femme, Oiwa, était gentille autant que peut l’être une femme Japonaise et aimait beaucoup son mari, même si celui-ci manquait de fortune et de gloire. Aussi, elle attendait joyeusement l’arrivée de son bébé. Son mari cependant, Iemon, était une créature plus ambitieuse. Il n’était pas du tout satisfait de ce qu’il avait. Et comme dans toutes les histoires d’amours, il y avait en fait une autre femme, Oume qui était bien plus jeune et riche, et tomba désespérément amoureuse de Iemon.

Iemon eut idée d’un plan très rusé; il empoisonna sa femme, afin de pouvoir se libérer et ainsi de s’unier à Oume à la place. Mais le poison déforma le visage d’Oiwa sans toutefois la tuer. Il dû alors la pousser du haut d’une falaise pour s’en débarrasser.

Plus tard, ce fut la nuit précédent le mariage avec sa future femme, Oume. Iemon était sûrement en train d’apprécier sa victoire ce soir là quand il aperçu alors la lumière de la lanterne de sa chambre s’atténuer. Il s’en approcha pour la vérifier, mais la lanterne commença à se transformer, se mettant à ressembler au visage défiguré d’Oiwa juste avant sa mort ! Effrayé, il sorti alors son sabre et balaya nerveusement en face de lui. Le visage disparu instantanément, laissa la lanterne seule, sur le sol.

Après une bonne nuit de sommeil, Iemon décide d’oublier l’illusion qu’il vit le soir précédent, et plutôt d’apprécier son succès. Tout se passa très bien ensuite jusqu’au moment où il souleva le voile de sa nouvelle épouse Oume : c’est l’affreux visage d’Oiwa qu’il vit à la place ! Terrorisé, il sort de nouveau son sabre et décapite Oiwa. Mais bien-sûr, c’est la tête d’Oume qui roula par terre. Iemon quitta la salle en courant, et chercha un endroit pour se cacher. Mais le rire d’Oiwa le suivait partout, où qu’il aille. Il se retourna, agita son sabre désespérément pour se débarrasser d’Oiwa, seulement pour s’apecevoir qu’il venait de tuer cette fois le grand-père d’Oume.

Violemment chassé par Oiwa, Iemon se retrouvera sur la falaise, la même de laquelle il poussa Oiwa. Les gens disent alos avoir vu une femme pousser Iemon de la falaise, et ensuite sauter à sa suite, avec un glauque et affreux rire tout le long.

“Les pleurs du fantôme ressemblent à ceux du chat » …

*****

Le fantôme du parking …

Images enregistrées par une caméra de surveillance dans un parking souterrain de Tokyo. Pour beaucoup d’observateurs, elle serait authentique. Ceux qui ont analysé les images n’ont pas trouvé de trace d’incrustation. Info ou intox ? …

*****

Lani @+

Sources : Wikipédia, sites officiels, blogs de voyages, web, blogs&sites paranormal

********************************************************

Auteur : Ingrid Lani

Après RIP il me semblait normal de suivre Nico & Mariana dans leur nouvelle aventure. Fidèle depuis le 1er jour, modo + tipeuse + blogueuse pour un soutient sans faille et assumé.